Accueil / Dormir avec bébé – Les avis controversés des spécialistes

Dormir avec bébé – Les avis controversés des spécialistes

Souvent lancées en cris d’alarme : «Attention ! Danger de mort subite du nourrisson», les études peuvent semer des états de panique. Loin de faire l’unanimité, les campagnes d’information émettent un lot de statistiques continuellement contestées par d’autres expertises. Suscitant de nombreux débats, les avis contradictoires des spécialistes suscitent une grande confusion dans l’esprit des parents.


Les médecins et spécialistes font-ils preuve d’impartialité ?

Dormir avec son bébéEn grande majorité, oui. Cependant, dans certains cas, le jugement personnel et le parti pris de certains spécialistes dans un domaine spécifique freinent leur objectivité. S’ils sont en désaccord ou manquent d’ouverture, ils ne relèveront que les aspects dangereux ou néfastes. On peut remarquer ce genre de comportement lorsqu’il est question de médecines alternatives ou d’une nouvelle méthode. Certains peuvent être plus enclins à émettre facilement des prescriptions en partenariat avec l’industrie pharmaceutique.

Il s’avère essentiel pour les parents de faire preuve de vigilance et discernement face à une recommandation qui leur semble incohérente ou douteuse. Ils ne doivent pas craindre de questionner le médecin ou de demander un deuxième avis lorsqu’ils ne se sentent pas rassurés. Dormir avec son bébé dans le lit parental, opter pour un berceau à proximité ou favoriser une chambre indépendante pour bébé est un choix de vie qui mérite une attention particulière de tous les facteurs qu’il comporte.


Est-ce que l’équipe médicale condamne trop facilement une méthode comportant certains risques élevés ?

Les avis médicaux controversés et la fluctuation incessante des méthodes sèment le doute et la confusion des parentsEn portant un regard plus général sur les 50 dernières années, on s’aperçoit rapidement que les recommandations médicales ont largement varié. Très souvent, lorsque les spécialistes prenaient conscience de dangers potentiels élevés, ils rejetaient d’emblée la méthode en question plutôt que de tenter de l’améliorer.

Puisque toute méthode comporte des risques et des bienfaits, il aurait été plus responsable d’évaluer un portrait d’ensemble. Les spécialistes auraient pu améliorer la technique de façon à en restreindre les risques et en suggérant aux parents les nouvelles précautions à prendre. Ainsi, parents et enfants auraient pu bénéficier de tous les bienfaits que la méthode procurait.

Bien souvent, au cours des années suivantes, ces mêmes spécialistes se retrouvaient confrontés à d’autres dangers ou conséquences néfastes relevant de cette nouvelle réforme. Et c’est ainsi que la population a été entraînée dans une confusion provoquée par la fluctuation des méthodes qui se sont vues interdites et reprises ultérieurement. Parmi ces changements, on retrouve :

  • L’allaitement maternel / le lait maternisé.
  • L’emmaillotement des nouveaux-nés.
  • Les positions ventrales et dorsales pour le sommeil de bébé.
  • La cohabitation avec bébé / la chambre à part.
  • L’âge recommandé pour introduire l’alimentation solide de bébé.
  • Le chaud et le froid pour soulager la fièvre.

Des parents mieux informés et plus libres de leur choix

Autrefois, l’autorité médicale était un pouvoir incontestable. Les gens acceptaient le diagnostic du médecin en toute quiétude. La confiance en leur savoir était absolue. Aujourd’hui, la large diffusion d’informations dans les médias a conscientisé la population à une réalité qui leur échappait. De ce fait, toute la controverse des avis scientifiques, les dénonciations d’erreurs médicales, la fluctuation très rapide et litigieuse des méthodes, les médecines douces, etc. ont suscité un éveil de la population.

Les nouvelles générations ne veulent plus croire aveuglément et souhaitent être mieux informées de toutes les implications relevant de leur décision de dormir ou non avec leur bébé. Elles se sentent plus responsables de leur santé et de celle de leur famille. Elles s’accordent progressivement le droit de choisir en toute conscience la méthode qui s’harmonise le mieux à leurs besoins.

2017-05-15T17:55:09+00:00