Accueil / Tout savoir sur la rosacée et ses traitements

Tout savoir sur la rosacée et ses traitements

RosacéeLa rosacée est une affection chronique et évolutive de la peau qui peut revêtir plusieurs formes. Les premiers signes se traduisent par des rougeurs sur le visage; principalement situées sur les joues, le nez, le front et le menton.

Au fil de l’évolution de la maladie, les rougeurs deviennent permanentes et s’accompagnent de fins vaisseaux sanguins dilatés, de papules et de pustules. Quelle que soit sa forme, elle peut créer des atteintes oculaires telles que des sensations de brûlure, d’irritation… l’impression d’avoir du sable dans les yeux. Si aucun traitement n’est amorcé, ce trouble cutané peut s’aggraver et occasionner le rhinophyma.

Affectant principalement les personnes à la peau claire qui rougit facilement, les symptômes peuvent évoluer de manière cyclique; des périodes d’aggravation alternant des périodes de rémission. Ce trouble cutané peut atteindre les jeunes adultes, mais plus communément les personnes d’âge mûr (entre 30 et 60 ans). Certaines de ses manifestations s’apparentent à l’acné bien qu’il s’agisse de problèmes distincts.


Les formes évolutives de la rosacée

La forme vasculaire ou couperose
La peau du visage présente des rougeurs se manifestant par intervalles dues au développement de fins vaisseaux ainsi qu’une extrême sensibilité de la peau.

La forme papulo-pustuleuse
Elle introduit sur la peau rougeâtre une éruption de papules et pustules imitant des lésions d’acné qui peuvent s’accompagner d’une auréole inflammatoire très douloureuse.

La forme hypertrophique
Elle se traduit par une apparence rougie et soufflée du nez accompagnée d’une dilatation des orifices et d’un épaississement de la peau (rhinophyma).


La distinction entre la rosacée et l’acné

La peau du visage présente des rougeurs se manifestant par intervalles dues au développement de fins vaisseaux ainsi qu’une extrême sensibilité de la peau.

ROSACÉEACNÉ
Âges concernésPrévalence maximale entre 30 et 60 ans– Prévalence maximale à l’adolescence
– Très faible incidence au-delà de 25 ans
Localisation Zone centro-faciale, nez, joues, front et mentonVisage, torse, dos et parfois bras
Symptômes– Télangiectasies, capillaires apparents
– Atteintes oculaires, migraines
– Rhinophyma
– Rougeurs, papules, pustules
– Aggravée par l’exposition solaire
– Peau grasse systématique
– Papules, pustules, comédons
– Nodules, microkystes et kystes
– Cicatrices
– Amélioré par l’exposition solaire

Les causes de la rosacée

L’origine exacte de la rosacée est inconnue à ce jour. Plusieurs théories ont été rapportées sans toutefois obtenir de confirmation. Il est à noter que l’alcool n’est pas la cause de ce désordre cutané, mais peut aggraver l’état des personnes atteintes. Fort possiblement multifactorielles, les causes suivantes font l’objet d’études.

  • Troubles microcirculatoires (anomalie de la veine faciale).
  • Prédisposition génétique (30 à 40% des patients ont un parent qui a développé la maladie).
  • Bactéries et micro-organismes (lien entre la rosacée papulo-pustuleuse et la présence d’un acarien «Demodex folliculorum»).
  • Hérédité.
  • Stress psychologique.
  • Maladie inflammatoire intestinale.
  • Infestation d’un parasite dans l’organisme.
  • Lumière ultraviolette (provoque une lésion du derme. Les patients à la peau claire sont plus sensibles à la lumière).

Qu’est-ce qu’une inflammation cutanée ?

La rosacée touche principalement les femmes entre 30 et 60 ansUne inflammation est une réaction de défense de l’organisme à l’encontre d’un dommage corporel, d’une agression ou d’une lésion des tissus conjonctifs. Elle ne peut se produire en l’absence de vascularisation. Afin de se protéger, le corps va donc produire des globules blancs et des substances chimiques visant à éliminer l’agresseur. Il s’ensuit des symptômes désagréables, mais qui s’avèrent nécessaires afin de stimuler la guérison des tissus lésés. La réaction inflammatoire se traduit par les 4 signes cardinaux suivants : rougeur, chaleur, oedème et douleur.

L’inflammation fait intervenir des cellules, des vaisseaux et des éléments chimiques qui peuvent modifier ou entretenir la réaction. Quelle que soit la nature de l’agent pathogène, le déroulement du processus suivra les mêmes étapes. Toutefois, l’intensité et la durée de la réaction inflammatoire seront variables. Les différentes phases sont les suivantes :

  • La phase d’initiation ou vasculaire qui se manifeste au niveau de la zone attaquée dans les secondes suivant l’agression.
  • La phase d’amplification ou cellulaire qui se traduit par une migration de différentes cellules vers la source de l’inflammation pour éliminer les corps étrangers et les débris cellulaires.
  • La phase de résolution ou de réparation est destinée à restaurer l’intégrité des tissus agressés. L’inflammation diminue, la circulation locale redevient normale et la cicatrisation prend le relais.

Les causes de l’inflammation

Quelques minutes et parfois même quelques secondes après une agression, l’organisme réagit en déclenchant un ensemble de processus de réparation. Cette agression provient d’un agent dit pathogène qui peut être de différentes natures. L’inflammation peut donc être causée par un facteur :

  • Physique : Le chaud, le froid, le rayonnement, le traumatisme, etc.
  • Chimique : Le poison, le mercure, l’acide chlorhydrique, les détersifs, les toxines bactériennes, etc.
  • Biologique : Les virus, les bactéries, parasites, les champignons, etc.
  • Immunitaire : Réaction secondaire provoquée par la réintroduction dans l’organisme d’un antigène (allergie) comme un antibiotique.

Les éléments déclencheurs de la rosacée

Afin d’éviter d’accentuer les manifestations cliniques de la rosacée et des peaux réactives ou intolérantes, il est recommandé de se soustraire le plus possible aux éléments suivants :

  • La rosacée causée par le soleilL’exposition solaire
  • Les conditions climatiques extrêmes
  • Les changements brusques de température
  • Les boissons chaudes
  • Les boissons alcoolisées (dont le vin rouge)
  • Les bains chauds
  • Les aliments épicés
  • L’exercice physique intense
  • Les émotions fortes ou le stress
  • Les produits irritants pour la peau
  • La pollution

Il existe 3 types de traitements qui permettent de corriger la rosacée

Bien que la rosacée ne puisse être guérie, certaines méthodes permettent de prendre en charge les symptômes de cette affection en contrôlant ses diverses manifestations. Puisque ses effets s’aggravent avec le temps, il est fortement conseillé de débuter le traitement le plus rapidement possible afin d’en limiter l’évolution.

Traitements médicaux pour la rosacée1.  Les traitements médicaux

La médication employée pour soigner la rosacée vise à tuer les bactéries et à atténuer l’inflammation et la rougeur.

Pour les formes mineures, le dermatologue ou le médecin prescrira un traitement topique composé d’un gel ou d’une crème à base de Metronidazole. La durée du traitement est d’environ 3 mois, mais est fréquemment sujet à une récidive.

Pour les formes sévères, on pourra avoir recours à un traitement systémique qui se résume à une antibiothérapie générale à base de Cyclines. Elles sont efficaces comme anti-inflammatoire, mais ont peu d’effet sur les manifestations des vaisseaux sanguins. On note une amélioration dès le 2e mois, mais ce traitement est aussi sujet à une récidive. Les deux traitements peuvent être combinés afin d’obtenir de meilleurs résultats. Les traitements à base de cortisone sont contre-indiqués, car après une phase transitoire d’amélioration, leurs usages aggravent les symptômes.

Traitement laser pour la rosacée

 2.  Les traitements physiques

La chirurgie au laser ou à la lumière pulsée peut s’avérer efficace pour réduire ou éliminer les vaisseaux sanguins apparents et également pour certains autres symptômes. Toutefois, cette option s’avère dispendieuse.

Des mesures chirurgicales exécutées par le dermatologue peuvent diminuer l’excès de tissus accumulés sur le nez (rhinophyma).

Soin pour la rosacée3. Les traitements cosmétiques

Quel que soit le traitement suivi par le patient atteint de rosacée, les préparations cosmétiques agissent à titre préventif et complémentaire. Formulées spécifiquement en accord avec le type de peau et de ses symptômes, elles procurent un réel effet apaisant, protecteur et vasoconstricteur.


Quelques soins quotidiens pour la rosacée

La peau fragilisée et réactive nécessite des soins quotidiens doux, nourrissants et hydratants. Parmi la variété de produits de haute technologie traitant la rosacée, on pourra vous conseiller :

  • Des soins anti-rougeurs et anti-inflammatoires.
  • Des formules S.O.S. en cas de crise qui créent un effet instantané.
  • Des produits hydratants.
  • Des émulsions protectrices et décongestionnantes.
  • Des extraits végétaux régulant la synthèse des antibiotiques naturels.
  • Des pigments réflecteurs de lumière afin d’estomper les rougeurs.
  • Des molécules anti-oedémateuses.
  • Une protection solaire FPS 30 ne renfermant aucun filtre chimique.
2017-05-15T17:51:11+00:00